Protéger les petits patrons et leurs salariés des gilets jaunes casseurs

Tribune du Président de l’Association GSC, publiée le 25 mars 2019, sur le site de la Tribune.fr : lire ici.

OPINION. La révolte des gilets jaunes qui ne s’éteint pas exige la mobilisation de l’ensemble des acteurs pour alerter les entrepreneurs aux conséquences de la perte de leur emploi. Par Anthony Streicher, président de l’association GSC (*)

« De toute façon, les patrons, c’est tous des salauds ! Ce jugement péremptoire de la jeune militante anti-CPE avec laquelle je tentais d’échanger lors d’un débat télévisé est-il le reflet d’une large partie de l’opinion ». Ce point de vue servit d’entame à un essai publié en 2007 par l’actuel président du MEDEF Geoffroy Roux de Bezieux. J’ai bien peur que ce sentiment soit, quelque part, toujours enfoui dans le « ÇA freudien » de la société française.

Si chacun des actes de la révolte en jaune ajoute, comme ce fut le cas samedi 16 mars, près d’une centaine de commerces dévastés, nul besoin de préciser l’impact que le mouvement des gilets jaunes va avoir sur l’écosystème des TPE, artisans et commerçants. L’année 2019 s’annonce catastrophique pour de nombreux chefs d’entreprise. Ce sont des dizaines de milliers de salariés qui vont être confrontés au chômage mais qui, à l’inverse des dirigeants de ces mêmes entreprises, pourront percevoir un revenu grâce à l’Unedic et à pôle emploi.

En ce qui concerne les dirigeants de ces mêmes entreprises, la société française ne les protège pas systématiquement alors qu’ils créent des emplois parce qu’ils créent des entreprises. Leur seule perspective : l’accumulation de dettes et le dépôt de bilan ! J’ai bien peur que la protection des petits patrons, sur les Champs-Elysées ou dans leur chair économique, n’obtienne pas plus qu’en 2007 les faveurs des Français.

L’équivalent d’une ville comme Bayonne

Qu’il s’agisse des prévisions de croissance revues à la baisse ou des chiffres des observatoires de la vie économique qui montrent l’impact des manifestations des dernières semaines sur la santé financière de certains commerces situés dans les grandes villes françaises, les motifs d’inquiétude demeurent multiples mais la finalité identique : nul ne sait si les chefs d’entreprise fragilisés arriveront à inverser la tendance pour les mois à venir. L’Observatoire de l’emploi des entrepreneurs vient de dévoiler les données 2018 : ils sont 50.185 à avoir mis la clé sous la porte. 50.185 c’est l’équivalent d’une ville comme Bayonne ou Corbeil-Essonne.

Or, pour les protéger, il faut déjà faire de leur information une grande cause. Il y a 40 ans les organisations qui ne se nommaient pas encore le MEDEF, la CPME et l’U2P, celles qui gèrent le système d’assurance chômage des salariés, ont fondé un système assurantiel d’intérêt général de protection non obligatoire (La GSC – garantie sociale des chefs d’entreprise). On estime à 3 millions le nombre de Travailleurs Non-Salariés en France. 25 000 d’entre eux ont choisi de prendre leurs dispositions au cas où ils se trouveraient en difficulté soit moins de 1% ! Une goutte d’eau. J’en ai assez de questionner des femmes et des hommes qui ont vu leur entreprise s’arrêter, disparaitre, et d’entendre « Je ne savais pas ! ».

Une dette d’information

Doit-on attendre qu’il y ait davantage d’entrepreneurs sur le carreau, sans filet de sécurité pour les sensibiliser à ce qui existe pour eux ? La mobilisation de l’ensemble des acteurs est indispensable pour alerter les entrepreneurs aux conséquences de la perte de leur emploi. Ceux qui accompagnent quotidiennement les chefs d’entreprise doivent les informer au moins une fois par an des risques de perte d’emploi et des solutions existantes. Experts-comptables, avocats, commissaires aux comptes, banquiers, investisseurs, chambres de commerce, chambres de métiers, assureurs, greffe mais aussi fisc, URSSAF, CIPAV, pouvoirs publics, nous avons une lourde responsabilité, vis-à-vis de nos entrepreneurs, créateurs de richesse et de croissance : une dette d’information.

Le mouvement des gilets jaunes a largement mis en lumière les fins de mois difficiles de cette France des « commerçants et artisans d’en bas » et en même temps il contribue, présentement infecté par les légions black-blocs, à la dégradation de l’avenir des petits entrepreneurs, ces premiers soutiens et acteurs d’un mouvement populaire désormais jaunissant.

Un ensemble de “Biens communs”

Les 3,5 millions de PME, les TPE, les artisans constituent un ensemble de « Biens communs » au sens définit dans les travaux d’Elinor Ostrom, prix Nobel d’économie 2009 (1). Comme la santé des populations est un bien commun, ne pas comprendre que la santé économique d’un pays passe par la protection des entrepreneurs de ce pays, au même titre que les salariés sont protégés, ne sert ni les intérêts ni le renforcement du modèle social de la France.

La révolte des gilets jaunes qui ne s’éteint pas exige la mobilisation de l’ensemble des acteurs pour alerter les entrepreneurs aux conséquences de la perte de leur emploi ; « whatever it takes** » en paraphrasant Mario Draghi lorsqu’il s’agissait d’exiger le sauvetage de la zone euro.

________

(1) Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel

(2) Quoi qu’il en coûte

(*) Association à but non lucratif fondée en 1979 par le CNPF, la CGPME et l’UPA